Catégories
Revue de presse

L’indemnisation des travailleurs précaires bute sur un référendum

Ces arguments suscitent la colère de la socialiste Helena de Freitas, qui a défendu le rapport de majorité devant le parlement: «C’est le référendum de la honte, s’indigne-t-elle. Les plus précaires devront attendre des mois, avant, éventuellement, d’être aidés. En revanche, on a accordé des millions de francs à des entreprises quasi les yeux fermés. Là, personne n’a demandé de vérifier au préalable si elles respectaient la législation. Sous prétexte de lutte contre le travail au noir, le MCG et l’UDC attaquent une aide temporaire qui, en réalité, concerne un éventail de travailleurs bien plus large.»

Tribune de Genève, 14 juillet 2020